chinese astrological signs by month Numerology compatibility life path 7 and 9 press Numerology number meanings life path Indian numerology and relationship compatibility Horoscope compatibility vedic astrology Astrology compatibility chart birth time Horoscope astrology match Chinese astrology dragon month Astrology scorpio rising Astrology compatibility chart vedic Numerology life path number three link Yahoo shine astrology horoscope scorpio Zodiac press Numerology birth Free name numerology compatibility love Free horoscope compatibility signs Horoscope compatibility chart app Chinese astrology by birth year here site Zodiac signs elements and planets Free compatibility numerology reading Astrology for scorpio numerology astrology in hindi free astrology compatibility score 7 and 11 compatibility in numerology what does 3

Type what you would like to search and hit enter

Le Doryphore de Polyclète

×

Message d'erreur

Notice : Undefined index: param1 dans include_once() (ligne 2 dans /home/amamstrayc/www/sites/all/themes/kinoa/template.php).

Le Doryphore de Polyclète

Type : ronde-bosse

Œuvre originale : bronze

Datation originale : 440 av. J.-C.

Sculpteur : Polyclète 

Style : classique

Copie romaine : marbre du pentélique

Lieu de conservation : Musée Archéologique National de Naples (Italie)

Dimension : H. : 1,98m

 

Cette statue est une copie de l’œuvre du bronzier argien Polyclète, actif après 450 av. J.-C., qui a écrit un traité appelé Le Canon pour expliquer comment il avait composé cette statue. Il y indique un ensemble de règles pour réaliser plastiquement un corps d’homme au repos. 

La statue originale, comme la majorité des œuvres en bronze, a été perdue mais on a de nombreuses copies (env. 70) de cette statue. Pline l’Ancien, un auteur du Ier siècle ap. J.-C. nous dit que des copies du doryphore étaient souvent placées dans les gymnases. On peut remarquer que la statue a une pondération particulière : une jambe qui porte tout le poids du corps et l’autre jambe, légèrement en retrait et fléchie, qui repose sur la pointe du pied. Cette posture crée un déhanché peu naturel mais qui faisait ressortir (et c’est le but de l’artiste) certains muscles : c’est ce que l’on appelle le chiasme*, ou contrapposto à la Renaissance. Cette création de Polyclète eut une postérité considérable dans la suite de la sculpture antique. 

 

On remarque par ailleurs  que la tête du personnage est tournée du côté de la jambe d’appui. Le visage, qui est celui d’un jeune adolescent (un éphèbe), est impersonnel et inexpressif. La chevelure est faite de petites mèches plaquées en arrière sur un crâne presque sphérique. 

 

À l’origine ce bel et jeune athlète, au corps musclé, tenait une lance dans la main droite. Sa complète nudité indique le contexte de la représentation : le gymnase, le lieu où les éphèbes venaient recevoir leur éducation, qui comprenait alors une grande part d’exercices physiques. Cette œuvre eut une postérité considérable et a incarné longtemps l’idéal masculin de l’art grec.